Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Maître
Messages : 57
Voir le profil de l'utilisateur http://la-faction-noire.forumactif.comEn ligne

Maître Mordenthal

le Jeu 1 Mar - 13:05


Maître de la Confrérie de Mordenthal





Nom : Mordenthal
Prénom : Inconnu
Titre : Maître
Race : Humain
Sexe : Masculin
Âge : 27 ans
Lieu de naissance : Gilnéas
Profession : Maître suprême




De prime abord, on constate chez lui, qu'on ne constate finalement pas grand chose. De près comme de loin, il est impossible de distinguer ne serait-ce qu'une infime partie de son visage, qui se cache sous l'ombre de sa capuche, ne dévoilant que deux yeux rougeoyants brillants d'une lueur menaçante. Aussi, son visage est aussi indescroptible que son équipement puisque sa cape l'enveloppe complètement et il ne l'enlève qu'en de très rares occasions.




Le maître Mordenthal incarne l’archétype de l’assassin de la Confrérie ; sombre, solitaire, taciturne, discipliné et dépourvue d’émotions, prêt à sacrifier sa vie sans hésiter pour la réussite d’une mission. Il dirige l'organisation d'une main de fer, ayant un œil sur tout ce qui se passe au sein de ses unités, son unique mot d’ordre est ; « efficacité ».  Les faits d’armes du maître Mordenthal firent de lui un assassin redoutable et expérimenté à ne jamais sous-estimer.

Il était souvent considéré comme l'un des membres les plus forts de l'Elite Noire, tuant même les plus puissants ennemis avec un effort pourtant minimal. Sa formation d'assassin rend sa capacité de combat impressionnante, pouvant être à égalité avec certains des guerriers les plus redoutables d'Azeroth.

Il est démontré que ses atouts ne se reposent pas uniquement sur ses dagues. Le maître Mordenthal est un combattant accompli et puissant avec une vitesse remarquable et des réflexes surhumains, pouvant être capable d'esquiver et de contre attaquer avec des conséquences mortelles. Il peut aussi cacher sa volonté de tuer face à ses adversaires, ce qui rend ses intentions difficilement décelables.




Idan est un impitoyable chasseur de monstres qui a voué sa vie à la traque et à l'élimination du démon qui a massacré sa famille. Armé d'un pistolet-gantelet et obsédée par sa vengeance, Idan n'est heureux que lorsqu'il tue les pratiquants des arts obscurs ou leurs créations.

Fils unique d'un père soldat de Stromgarde très patriote et d’une mère femme d’affaire fortunée, Idan bénéficia d'une éducation privilégiée. Il consacra la majeure partie de son enfance à des activités solitaires ; lire, apprendre à jouer d'un instrument et collectionner les différents insectes que l'on trouvait aux abords de son manoir. Quand ils étaient jeunes, ses parents avaient parcouru les Hautes-terres d’Arathi en long et en large, mais ils avaient décidé de s'installer près du donjon de Stromgarde à la naissance d’Idan, car l’armée stromgardienne était plus présente aux environs de la capitale, rendant leur lieu de vie plus sûr, mais aussi parce qu’ils voulaient faire de leur fils un soldat loyal et dévoué.

Le jour de son douzième anniversaire, Idan rentra chez lui après un repas estival et fut témoin d'une scène horrifiante qu’il ne pourrait jamais oublier.

Une créature cornue et ailée à l’apparence machiavélique se tenait devant les corps ensanglantés de ses parents.

Idan hurla avec effroi. Avant de disparaître, le démon jeta un coup d'œil au jeune garçon et esquissa un sourire sournois.

Idan essaya d'écarter les cheveux rouge sang qui couvraient les yeux sans vie de sa mère, mais cet effroyable sourire ne voulait pas abandonner son esprit et commença petit à petit à le ronger. Alors même qu'il fermait doucement les paupières de son père, dont la bouche restait grande ouverte, pétrifié dans la confusion de ses derniers instants, le sourire du démon occupait encore ses pensées.

Ce sourire allait attiser la haine d’Idan jusqu'à la fin de ses jours.

Idan tenta d'expliquer ce qui était arrivé, mais personne ne le crut. Il était bien trop difficile de croire en la présence d'un démon à Stromgarde, un royaume particulièrement bien protégé.

Mais Idan savait ce qu’il avait vu. Il savait que le démon frapperait à nouveau ; son sourire l'en persuadait. Aucun habitant de Stromgarde n’avait encore vu d’entité démoniaque. Certaines d’entre-elles se déguisaient parfois habilement ou restaient tapies dans les ombres, mais cette créature était bien là et Idan en était convaincu.

Il ne voulait plus se sentir effrayé.

Idan avait le cœur plein de haine et des coffres remplis d'or, suffisamment pour monter une petite armée, mais aucun mercenaire n'était assez fou pour suivre un enfant. Il voulait apprendre tout ce qu'il y avait à savoir sur la démonologie ; comment la traquer. Comment la contrer. Comment tuer ses pratiquants.

Sans aucun doute, il avait besoin d'un professeur.

Idan était persuadé qu’il lui fallait quitter Stromgarde pour trouver son instructeur. Mais une nuée d’orcs enragés avait déjà envahit les montagnes proches de Stromegarde. Idan vit au loin les vaillants soldats de Stromgarde repousser ce nouvel envahisseur et se rappela à cet instant le voeu le plus cher que lui avait un jour confié son père : voir son fils devenir un honorable soldat de Stromegarde. Il renonça alors à sa quête personnelle, échappa à ses tuteurs et exauça le souhait de son père.

Idan rejoignit les rangs de l’armée de Stromgarde à l’âge de quinze ans.

Cinq ans après, Idan était devenu un jeune adulte, assez grand, costaud et entraîné pour défendre Stromgarde contre les bandits et les orcs sauvages qui menaçaient de dévaster ses terres. Malgré cela, les heures les plus sombres de Stromgarde arrivaient.

A son corps défendant, Idan ne put protéger Stromgarde comme son père l’aurait espéré.

Le Syndicat et les ogres Rochepoing remportèrent de nombreuses victoires contre le royaume affaibli, et parvinrent à occuper une grande partie de ses terres, y compris la plupart de la capitale.

Alors qu’il était sur le point de mourir, le corps d’Idan, à moitié recouvert de sang et de cadavres, avait été sauvée par un homme aux cheveux grisonnants du nom d’Adramar. Celui-ci alluma un feu de camp loin dans les collines puis il pansa les blessures d’Idan.

Adramar lui raconta qu'il était un membre de la Main d’argent et qu’il se consacrait à la défense et la sauvegarde des habitants de Lordaeron déchirés par la guerre.

Apprenant cela, Idan implora l’homme de bien vouloir le prendre sous son aile et de lui apprendre à utiliser la Lumière pour chasser le mal, mais le croisé refusa. Idan était trop jeune et la mission du paladin était bien trop urgente pour enseigner à quiconque l’art de la guerre et de la Lumière. Adramar lui conseilla plutôt de trouver un refuge, et de survivre.

Idan n'accepta pas la réponse d’Adramar et le défia en duel : si il gagnait, Adramar l'entraînerait. Si il perdait, il quitterait Lordaeron. Idan n'avait aucune raison de penser qu'il gagnerait : son entraînement se résumait à rien comparé à l’expérience du paladin. Néanmoins, il ne voulait pas abandonner. Pour récompenser le courage d’Idan, Adramar lui jeta une poignée de terre dans les yeux et lui apprit que la volonté ne suffisait pas pour suivre la voie de la Lumière.

Mais Adramar entrevit en Idan une détermination qui forçait le respect. Le jeune combattant avait un long chemin à parcourir avant de devenir un paladin, mais chaque fois qu’Idan se relevait pour continuer le combat, le corps toujours plus contusionné, Adramar voyait le paladin implacable qu'il pourrait devenir. Nettement plus faible, mais pas moins déterminé, Idan supplia une dernière fois Adramar : ses parents avaient été tués. Sa vie était à présent anéantie. Adramar pouvait passer le restant de ses jours à traquer les orcs jusqu'à ce que l'un d'eux lui fracasse le crâne, ou alors il pouvait apaiser l’esprit d’Idan et l’enseigner à devenir un soldat sacré.

Idan ne s'intéressait à rien d'autre qu'à ses entraînements avec Adramar. Tous deux finirent par devenir incroyablement proches. Deux ans plus tard, celui qui était autrefois un jeune soldat de Stromegarde était à présent devenu un chevalier de l’Ordre de la Main d’argent.

Pendant des années, Adramar et Idan traquèrent de concert les orcs impitoyables qui menaçaient d’envahir les peuples humains. Leur mission n’était pas seulement de guerroyer, mais aussi de soulager les victimes de guerre et de leur montrer que la foi pouvait les libérer du joug de la Horde.

Tous deux, ils éliminaient d’innombrables orcs. Tous deux, ils sauvaient d’innombrables familles.

Lors de la Troisième guerre, l’Ordre de la Main d’argent fit dissoute et comme beaucoup de ses membres, Idan et Adramar rejoignirent la Croisade écarlate. Mais estimant que leur nouvelle voie était devenue trop proche du fanatisme, tous deux quittèrent l’ordre et rejoignirent l'Aube d'argent, puis la Croisade d’argent afin de lutter contre les forces du Fléau.

Lors d’une bataille en Norfendre qui décima une grande partie du régiment duquel était affecté Idan, ce dernier vit au travers de la confusion meurtrière du combat, l’apparition d’une étrange silhouette sur le champ de bataille.

Instinctivement, il savait à qui appartenait cette silhouette. Elle était imposante, effrayante, ailée et cornue. C’était le démon qui avait jadis assassiné ses parents. Pétrifiée par le choc, Idan vit les puissantes griffes du démon arracher la jugulaire d’Adramar. Le démon se tourna vers Idan qui tremblait de rage.

Le démon sourit.

Idan se sentit soudain paralysé, incapable de bouger. Comme si l’immense haine qu’il éprouvait l’avait subitement assommé. Ses yeux s'assombrirent au point de devenir pourpres. Très vite, il se fraya un chemin pénible à travers la mêlée et se précipita vers le tueur démoniaque, mais ce dernier avait déjà disparu. Idan vit à ses pieds, au coeur de la mêlée brutale, le corps inerte d’Adramar. Il leva la main au ciel et fit appel à sa magie divine. C'était peut-être son dernier espoir. Mais la Lumière ne lui répondit pas.

A cet instant, une haine qui semblait avoir franchi le point de non-retour s'abattit tel un suaire sur l'esprit d’Idan, qui perdit aussitôt foi en la Lumière...

(La suite n'est dévoilée que par le biais du rp.)

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum